Samuel BECKETT – Fin de partie

marteau-et-un-clou-sur-les-grandes-lignes-de-bois_318-42317

 

Brève présentation: 

Auteur: Samuel BECKETT est un écrivain, dramaturge et poète irlandais, né en 1906 à Dublin et décédé en 1989 à Paris, à l’âge de 83 ans. Son talent a été récompensé en 1969 par l’attribution du Prix Nobel de Littérature. Il est célèbre grâce à ses oeuvres minimalistes et pessimistes.

« Beckett est un faux maigre. Il est drôle, habile, lourd. Parfois rabâcheur, gâtant certains passages, ceux où il a dû se trouver le plus drôle. Cet austère n’est pas dépourvu de complaisance. Il a des moments de sous-écrit surécrits, mais l’ironie le sauve de l’affectation.« 

Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 95

Genre: Pièce de théâtre

Résumé: La pièce comprend quatre personnages: Hamm, Clov, Nagg et Nell. Ces quatre personnages ont un point commun: ils souffrent d’un handicap.

  • Hamm: il est le maître de Clov, fils de Nagg et Nell. Il est aveugle et paralysé, il dépend entièrement de son valet Clov. Il a besoin de lui pour se mouvoir. Il est tyrannique et décharge toute sa colère contre l’humanité sur son entourage.
  • Clov: il est le serviteur de Hamm. Il a été recueilli et élevé par ce dernier. Il est incapable de s’enfuir malgré les souffrances que lui inflige son maître. Il est condamné à rester debout, ses jambes le font souffrir et l’empêchent de s’asseoir.
  • Nagg: il est le père de Hamm et époux de Nell. Il est réduit à vivre dans une poubelle tout au long de la pièce. Il est condamné à l’immobilité. Son fils le déteste et l’affame. Il essaie comme il peut de faire rire son épouse.
  • Nell: elle est la mère de Hamm et épouse de Nagg. Elle dispose aussi d’une poubelle aux côtés de son mari. Elle est malheureuse et décède au cours de la pièce.

Prix: 6,80€

MON AVIS EN DÉTAIL: 

Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre de livre, on l’avait étudié lorsque j’étais au lycée et je me suis amusée à le relire.

Dans cette oeuvre, l’auteur montre la noirceur de l’humanité. Il met en avant la solitude et la misère qui entourent les personnages, le tout dans un univers isolé. Hamm (le marteau) et Clov (le clou) se cherchent en permanence sans réellement se trouver. Hamm passe ses journées à tyranniser Clov comme un marteau qui tape sur un clou. Il a peur de la solitude mais se l’attire inexorablement. Les dialogues des personnages sont vides comme leur existence.

Le style d’écriture est spécial. Pour ma part, je trouve qu’il s’agit de l’absurde comme l’avait affirmé Martin Esslin l’écrivain et critique littéraire britannique. L’absurde se manifeste par l’absence de changements dans la pièce et par une fin tragique pour les personnages. La question du courant littéraire de Samuel Beckett a toujours fait l’objet de vifs débats. L’auteur a toujours nié l’appartenance à un quelconque courant.

 » Clov : À quoi est-ce que je sers ?

Hamm : À me donner la réplique.« 

Extrait de Fin de partie, Samuel Beckett.

Je ne donnerais pas de points positifs et négatifs car il s’agit d’une grande oeuvre littéraire qu’il faut absolument avoir lue. Cette pièce de théâtre fait partie de la culture générale. Le style peut paraître indigeste si vous avez l’habitude de lire des romans mais la lecture se fait rapidement. L’ouvrage ne fait qu’une centaine de pages.

41cmm09njbl-_sx296_bo1204203200_

Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :